ACTUALITE - 13/07/2017
La résidence senior de la MASFIP : une ouverture sur l’intergénérationnel

Mardi 13 juin, la Mutuelle d’Action sociale des Finances publiques (MASFIP) a posé la première pierre de la première résidence seniors mutualiste d’Île-de-France, à Claye-Souilly, située dans un parc mitoyen au Centre de la Gabrielle.

La résidence « Les Claies » – qui ouvrira ses portes en juin 2018 – permettra aux personnes âgées vivant dans l’un des 50 appartements et studios de bénéficier d’espaces partagés et d’équipements adaptés à leurs besoin (http://www.residencelesclaies.fr/).

Cet habitat novateur en plein cœur d’un parc arboré de 3 hectares a été véritablement conçu pour répondre aux nouvelles attentes des séniors. Ainsi, une personne sera sur place toute la journée pour apporter écoute et information, mettre à disposition un répertoire de ressources locales et permettre l’élaboration créative de projets communs entre résidents.

Pour le Centre de la Gabrielle et la MASFIP, il s’agit également, à travers l’élaboration d’un projet de partenariat intergénérationnel, d’une belle occasion de collaboration puisque les seniors pourront avoir accès aux équipements sportifs, à l’atelier Couleurs et création ainsi qu’au service de restauration du Centre de la Gabrielle, dans le cadre d’une convention en cours de rédaction.

Dominique Combe, Présidente de la MASFIP, revient sur ce projet de résidence évolutive et répond à nos questions.

*************************************************************

1. Pouvez - vous nous présenter la MASFIP et son action sociale ?

La MASFIP est une Mutuelle de Livre III du Code de la mutualité entièrement dédiée à l’action sociale et solidaire. Elle a vocation à trouver pour tous ses adhérents issus de différentes sphères professionnelles du ministère des finances ainsi que leur famille des réponses adaptées et personnalisées dès lors que survient une difficulté d’ordre social, familial ou professionnel. Son périmètre d’intervention est très large et couvre tous les domaines du début à la fin de vie : petite enfance et parentalité, évènements liés aux aléas de la vie ou de la santé, handicap, perte d’autonomie, maintien à domicile, accès au logement… La MASFIP intervient sous forme de soutien financier mais elle a également pour objectif de faire bénéficier ses adhérents d’un accompagnement, d’une orientation et d’un suivi personnalisé dans toutes les étapes ou aléas de leur existence. Elle dispose de collaborateurs au siège de la Mutuelle, d’un réseau de conseillers mutualistes et d’un réseau de militants élus bénévoles, sur l’ensemble du territoire, tous dédiés à l’accomplissement de cette mission d’action sociale.

2. Parlez-nous de la résidence sénior Les Claies.

Cette résidence s’intègre dans la réalisation de solutions intermédiaires entre le maintien à domicile et le placement en EHPAD et s’adresse aux séniors qui avancent en âge, qui ont encore les capacités physiques de rester chez eux et qui ne souhaitent pas forcément rejoindre un cadre collectif de prise en charge. Nous souhaitons offrir à ces séniors un habitat dans un cadre agréable et sécurisé, avec des appartements lumineux, aménagés pour des personnes à mobilité réduite, bien équipés, bien isolés, avec des équipements domotiques adaptés et évolutifs et des prestations collectives de grande qualité. Un parc aménagé favorisera la promenade, les exercices physiques, le jardinage. Des espaces partagés (café, espace bien-être, salon audiovisuel..) sont également prévus pour privilégier le partage et la convivialité entre les résidents et leur famille. De plus, un référent, formé en gérontologie et en accompagnement des personnes dans les domaines du socio culturel et l’innovation sociale résidera sur place. Ce référent sera la cheville ouvrière de la résidence, le partenaire de confiance des résidents et l’initiateur des partenariats locaux et de l’utilisation des ressources locales. Il accompagnera les démarches de mise en place des services nécessaires notamment les services à domicile ou de soins. Mais ce référent aura également un rôle déterminant dans le projet collaboratif que nous souhaitons initier entre les résidents de telle manière que ces derniers puissent construire un projet de vie et tisser des relations sociales.

3. A travers la collaboration avec le centre de la Gabrielle, vous entendez ainsi créer les conditions favorables pour que les deux publics se rejoignent. Comment est né ce projet de collaboration intergénérationnel et qu’en attendez- vous ?

Au-delà du fait que nos deux structures sont mutualistes, les mutuelles fondatrices de la MASFIP ont un partenariat que je peux qualifier d’historique avec le Centre de la Gabrielle. Le fait que le terrain sur lequel nous construisons cette résidence jouxte le centre de la Gabrielle constitue une extraordinaire opportunité pour envisager un projet intergénérationnel qui vienne compléter et enrichir le projet de vie au sein de la résidence. Il s’agit de créer les conditions pour que les deux publics puissent développer au delà du mur qui sépare les deux établissements des échanges, des discussions entre générations, des partages de talents et d’expériences, des rendez vous festifs ou artistiques... Nous partageons avec Bernadette Grosyeux l’importance de construire des projets innovants qui permettent de répondre aux besoins des personnes en mettant en avant les potentiels de ces personnes. C’est vrai dans le domaine du handicap et c’est tout aussi vrai dans le domaine du vieillissement. C’est aussi une manière concrète de pouvoir changer le regard sur le vieillissement et de participer à l’adaptation de la société à l’avancée en âge avec une réelle politique de préservation de l’autonomie.